de

11 nouveaux vaccins obligatoires : 
CE QU’ON VOUS CACHE

 

M. Macron, nos bébés ne sont pas des cobayes !
Je suis mère de famille et j’ai vacciné mes deux premiers enfants sans difficulté.
Mais la réforme des 11 nouveaux vaccins obligatoire est juste TERRIFIANTE !
Car voici ce qu’on vous cache :

Madame Monsieur,

 

Je m’appelle Nathalie Beaufrère, j’ai 36 ans et suis enceinte d’une petite fille.

J’ai vacciné mes deux premiers bébés avec le DTPolio, sans me poser de question.

Mais aujourd’hui, je suis terrifiée pour mon enfant à naître.

Au 1er janvier 2018, le gouvernement a prévu d’obliger tous les bébés à se faire injecter 11 vaccins obligatoires.

Cela représente 31 doses de vaccins, entre la naissance et l’âge de 18 mois.

Dans ces 31 doses, 25 doses contiennent de l’aluminium, un métal toxique pour le cerveau.

Et dans ces 31 doses, il y a 3 doses d’hépatite B, une maladie sexuellement transmissible qui ne concerne pas les nourrissons.

Je n’ai rien contre la vaccination, mais cela m’a paru étrange, anormal.

Alors j’ai demandé à notre médecin de famille ce qu’il pensait de cette réforme.

Ce qu’il m’a répondu est tout simplement effrayant.

Il m’a dit, les yeux dans les yeux, qu’il s’attendait à des dégâts cent fois plus graves que ceux causés par le vaccin Rotavirus, qui avait causé des morts.

Vous vous en souvenez peut-être, c’était il y a seulement 5 ans.

Le Rotavirus est un vaccin contre la gastro-entérite du nourrisson. En 2013, il avait été inscrit sur la liste des vaccins officiellement recommandés par notre Haut Conseil à la Santé Publique.

Cela veut dire que tous les parents français étaient officiellement invités à donner le Rotavirus à leur bébé de moins de 6 mois.

Mais en 2015, le Haut conseil à la Santé Publique a fait brutalement marche arrière.

Entre-temps, les résultats d’une étude officielle étaient tombés :

Ce vaccin avait causé la mort d’au moins 2 nourrissons, en plus d’avoir causé de très graves effets secondaires chez des dizaines d’autres !

Tout cela pour éviter de simples « gastros », qui n’ont jamais tué un bébé !

D’après mon médecin, les nouveaux vaccins obligatoires sont comme le Rotavirus : pas assez testés, et très risqués pour nos nourrissons.

Aucun scientifique n’a étudié sérieusement l’impact de 31 injections sur des bébés qui n’ont même pas 1 an et demi.

Peut-être que le gouvernement reviendra en arrière dans quelques années, comme pour le Rotavirus.

Mais à ce moment-là, il sera trop tard. Des centaines de bébés seront peut-être morts ou handicapés à vie.

Et c’est pourquoi je vous demande d’agir avec moi pour demander au gouvernement de renoncer à ce projet dangereux d’obligation généralisée.

Nous devrions avoir le choix d’accepter ou de refuser ces nouveaux vaccins, c’est notre liberté de parent et de citoyen.

Si notre pays était menacé par des épidémies graves, je comprendrais qu’on puisse prendre le risque de tant de vaccins.

Mais ce n’est absolument pas le cas !

La dernière fois qu’on nous a annoncé une pandémie, c’était la grippe A H1N1.

Nos politiques avaient alors dépensé un demi-milliard d’euros de vaccins, pour le plus grand profit des laboratoires pharmaceutiques.

Alors qu’au final, cette grippe avait fait 5 fois moins de victimes que la banale « grippe saisonnière » !

Aujourd’hui, il n’y a pas la moindre menace d’épidémie.

Il n’y a même jamais eu aussi peu de victimes de la rougeole, de la coqueluche ou de la méningite !

Et pourtant, c’est précisément le moment choisi par nos politiques pour obliger tous les parents à injecter 11 vaccins à leur nourrisson !

Alors qu’à chaque nouveau vaccin, le risque d’accident grave augmente !

Plus vous injectez de vaccin, plus vous prenez le risque que votre bébé souffre d’une forte fièvre.

En juin 2015, un bébé de 7 mois est décédé de convulsions suite à une fièvre de plus de 40°C, apparue juste après l’injection d’un vaccin.

Avec 11 vaccins, ce genre de drame se produira de plus en plus souvent.

C’est écrit noir sur blanc sur la notice du Prevenar, un des futurs vaccins obligatoires :

« Lors de l’administration concomitante de PREVENAR et des vaccins hexavalents (diphtérie, tétanos, coqueluche acellulaire, Haemophilus B, hépatite B) une fièvre supérieure à 38° a été rapportée chez 28,3% à 48,3% des nourrissons… »

Vous avez bien entendu : avec tous ces vaccins obligatoires, pas loin de la moitié de nos bébés vont risquer des fièvres angoissantes et dangereuses !

Et ce n’est pas tout.

Les vaccins peuvent aussi provoquer des réactions allergiques mortelles.

Prenez le vaccin contre la rougeole, cultivé sur œuf. Si votre bébé a le malheur d’être allergique à l’œuf, le vaccin peut déclencher une réaction gravissime, qui peut le tuer.

Une seconde avant le vaccin, votre enfant était en pleine santé. Quelques heures après, un médecin en blouse blanche vous annonce qu’il est mort.

C’est rare, mais cela arrive.

Et je n’accepte pas l’idée que cela puisse arriver à mon futur bébé.

Je suis prête à prendre quelques risques pour protéger mes enfants contre des terribles maladies comme le tétanos ou la polio.

Mais je ne comprends pas qu’on puisse jouer avec la vie de nos bébés pour des maladies comme la rougeole ou la rubéole.

Et je refuse catégoriquement qu’on risque la vie de nos enfants à cause de l’hépatite B !

L’hépatite B est une maladie d’adulte, sexuellement transmissible. Comme le SIDA, elle frappe les adultes qui ont des comportements à risque.

Pourquoi obliger à vacciner nos bébés, qui ne sont pas concernés ?

C’est incompréhensible, car le vaccin contre l’hépatite B est le plus risqué de tous les vaccins.

Tout récemment, un rapport officiel a établi qu’il avait causé la mort de plusieurs bébés chinois en pleine santé.

Pour nos autorités, 2 morts pour des millions de doses injectées, c’est « insignifiant ».

Mais pour une maladie comme l’hépatite B, que les nourrissons ne risquent absolument pas de contracter, c’est encore beaucoup trop !

C’est comme si vous jouiez à la roulette russe avec votre bébé.

Avez-vous vraiment envie de le faire, s’agissant de l’hépatite B ?

Trouvez-vous normal que l’Etat vous force à le faire, contre votre gré ?

Ne pensez-vous pas que vous avez le droit, en tant que parent, de choisir si, oui ou non, vous souhaitez vacciner votre enfant contre cette maladie d’adulte ?

Et le plus grave, c’est que ce vaccin contre l’hépatite B contient de l’aluminium, un métal toxique pour le cerveau, le foie et les reins.

Et ce n’est pas le seul nouveau vaccin obligatoire dans ce cas.

Avec la réforme, on s’apprête à injecter 25 doses contenant de l’aluminium à des bébés de moins de 18 mois !

Il faut savoir que chez les adultes, une seule dose d’aluminium vaccinal peut causer une maladie terrible, appelée myofasciite à macrophages.

Par exemple, le 22 juin dernier, le Tribunal administratif de Caen a accordé 1,2 millions d’euros à une ancienne infirmière pour la dédommager des dégâts de cette maladie, causée par un vaccin contenant de l’aluminium.

Du jour au lendemain, sa vie était devenue un enfer. Elle avait mal partout, elle avait à peine la force de sortir de son lit, et son cerveau ne fonctionnait plus.

Tous ces dégâts ont été causés par une seule dose d’aluminium vaccinal, chez un adulte.

Alors imaginez le risque qu’on fait courir à nos bébés en leur injectant 25 doses de vaccins contenant de l’aluminium !

C’est contraire au principe de précaution le plus élémentaire !

Pour l’industrie pharmaceutique, l’avantage de l’aluminium est qu’il permet de réduire son coût de fabrication et de gagner plus d’argent.

Mais cela ne justifie pas de mettre en danger la population !

Tout récemment, le journal Le Parisien a révélé que l’Agence du Médicament avait reconnu les dangers potentiels de l’aluminium dans un avis officiel daté du 8 mars 2017.

Mais cet avis avait été tenu secret, et il a fallu qu’un journaliste du Parisien mette la main dessus pour qu’il soit rendu public !

Il faut dire que l’information sur les vaccins est trop souvent manipulée.

Les médecins qui ont le malheur de critiquer l’aluminium vaccinal peuvent se retrouver radiés, du jour au lendemain, et se retrouver sans emploi ni le moindre revenu pour faire vivre leur famille.

C’est ce qui est arrivé au grand Professeur de médecine Henri Joyeux, qui a été radié de l’Ordre des médecins le 10 juillet 2016, simplement parce qu’il avait demandé aux autorités de remettre en circulation un vaccin DtPolio sans aluminium.

Voilà pourquoi vous n’entendez presque jamais de critiques de la vaccination dans les médias.

Voilà pourquoi les médecins n’osent pas dénoncer publiquement la réforme annoncée.

Et voilà pourquoi j’ai décidé de prendre mes responsabilités de mère de famille et d’enregistrer cette vidéo, pour rompre l’omerta et informer tous les parents et grands-parents de ce pays !

Je compte sur vous pour partager cette vidéo partout autour de vous, et signer la pétition.

Nous ne pouvons pas accepter que nos politiques se servent de nos bébés comme des cobayes.

En Suisse, au Canada, en Allemagne, en Australie et dans la plupart des pays occidentaux, AUCUN vaccin n’est obligatoire.

En Suède, imposer un vaccin est même contraire à la Constitution, aux droits fondamentaux des citoyens.

Alors pourquoi la France veut-elle soudainement imposer 11 vaccins, alors qu’il n’y a pas d’épidémie particulière ?

Pourquoi le gouvernement est-il prêt à empêcher votre enfant d’aller à l’école s’il n’a pas fait ses 31 injections ?

La seule réponse que j’ai trouvée à cette question, c’est l’argent.

Il y a quatre grandes firmes qui produisent des vaccins dans le monde : GSK, Merck, Pfizer et Sanofi.

Trois sont américaines, et une est française, Sanofi.

Or savez-vous qui est le PDG de Sanofi ?

C’est Serge Weinberg, un des amis les plus proches du Président Emmanuel Macron.

C’est lui qui a permis à Emmanuel Macron d’entrer dans la prestigieuse banque Rothschild.

En 3 ans, Monsieur Macron y a gagné 2,8 millions d’euros en salaires et bonus.

Cela méritait bien un retour d’ascenseur, non ?

Voilà pourquoi Serge Weinberg était l’invité d’honneur de la cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron à l’Elysée.

Et voilà pourquoi Emmanuel Macron a décidé d’imposer les 11 vaccins obligatoires, quelques jours seulement après son élection.

Notez bien que notre président n’en avait jamais parlé dans sa campagne électorale.

Et pourtant, l’obligation vaccinale a été la toute première mesure annoncée par son Premier Ministre dans son discours de politique générale !!

Comme si c’était la plus grande priorité des Français, devant le chômage ou le terrorisme !

C’est sidérant, quand on sait que les médecins, pharmaciens et autres professionnels de santé venaient de se prononcer publiquement CONTRE cette mesure d’obligation.

Ils avaient été interrogés quelques mois plus tôt lors de la grande « consultation » organisée par la Ministre Marisol Touraine.

Et ils avaient rejeté en bloc l’idée des 11 vaccins obligatoires, disant qu’elle était « contre-productive » !

Résultat : notre Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a toutes les peines du monde à défendre cette mesure avec des arguments sérieux.

Elle a parlé d’épidémies de rougeole, alors qu’il n’y en a pas eu depuis au moins 6 ans !

Elle a parlé de couverture vaccinale insuffisante, alors que le taux de vaccination des nourrissons en France n’a jamais été aussi bon !

Pourquoi ces contre-vérités ? Est-ce parce que Mme Buzyn a été grassement payée par une filiale du laboratoire Sanofi pendant 14 ans, de 1998 à 2011 ?

Ces 11 vaccins obligatoires, ce n’est pas une affaire de santé publique : c’est uniquement une histoire de gros sous.

Ce projet de réforme met en danger nos enfants et nos petits-enfants, et viole notre droit fondamental à un consentement libre et éclairé.

Alors je compte sur vous pour agir maintenant et signer la pétition.

Si nous sommes des centaines de milliers à nous lever et à dire NON, les politiques seront forcés de nous écouter.

Emmanuel Macron tient par-dessus tout à rester populaire auprès des Français.

S’il voit des centaines de milliers de citoyens se mobiliser pour rejeter sa réforme, il n’aura pas d’autre choix que d’y renoncer.

Mais pour cela, nous devons être le plus nombreux possible.

Alors je compte sur vous pour signer notre pétition, et envoyer cette vidéo à tous vos contacts, par email ou par Facebook.

Je vous en prie : même si vous n’avez pas d’enfant ou de petit-enfant en bas-âge, participez maintenant à ce grand mouvement citoyen.

Pensez à toutes les mères qui, comme moi, vont être bientôt obligées d’injecter à leur bébé des vaccins contenant de l’aluminium ainsi que le dangereux vaccin contre l’hépatite B.

Nous avons le droit de choisir librement de vacciner ou non nos enfants avec ces nouveaux vaccins très risqués.

Avec les 11 vaccins obligatoires, on ne nous donne plus que le droit de nous taire !

Mais nous pouvons encore l’empêcher, car la loi n’a pas encore été votée !

Si nous nous mobilisons maintenant, je suis convaincue qu’Emmanuel Macron sera obligé de reculer.

Les derniers sondages montrent que la moitié des Français sont opposés à cette réforme.

Si nous sommes des centaines de milliers à signer cette pétition, nous pouvons empêcher ce projet dangereux et liberticide d’être voté !

Au nom de mon futur enfant, et de tous les nouveau-nés et à naître en France, je compte sur vous.

 

Nathalie Beaufrère